Les dérives du Black Friday, vendredi 26 novembre.


À l’origine un événement américain, le Black Friday s’est imposé en France depuis quelques années. Mais que se cache-t-il derrière ces promotions alléchantes ?



Le Black Friday est apparu dans les années 1950 aux États-Unis, afin de redynamiser l’économie après la Grande Dépression de 1929. Ce phénomène a été importé en France en 2010, quelques semaines avant les fêtes de Noël, cette opération commerciale génère plus de 6 milliards d’euros chaque année en France.


Aujourd’hui, de nombreux médias et associations dénoncent la surproduction et la surconsommation liée au Black Friday. En effet, des soldes aussi importantes, accessibles si brièvement, incitent les consommateurs à l’achat de produits dont ils n'ont pas forcément le besoin et l’utilité, phénomène que l'on qualifie de consommation compulsive.


Les magasins font des offres toujours plus attractives atteignant parfois jusqu’à -70% à -80%. Il s’agit en réalité de techniques commerciales et de faux bons plans, car quelques semaines précédant l’opération commerciale les magasins gonflent leur prix, pour ensuite faire des réductions à peine croyables.


Cette journée mondiale a un impact gravissime sur la planète. Les clients, poussés à une consommation déraisonnée, ignorent l’impact carbone sur l'environnement. Les sites e-commerce promettant des livraisons en quelques jours, pour répondre à leurs engagements ils multiplient leurs moyens de transport.


Pour contrer ce Vendredi Noir pour le monde, l’association Green Friday apparue en 2017, encourage les françaises et les français à boycotter le Black Friday dans une démarche plus écologique et durable. Cette association incite les entreprises à ne pas proposer de réductions à l’occasion du Black Friday, mais aussi de reverser 10% de leur chiffre d'affaires de cette journée à l’association HOP (Halte à l’obsolescence programmée).



Couleurs Paris soutient le Green Friday, c’est pour cela que vous ne retrouverez pas de réductions irraisonnées sur le love store, afin de vendre au prix juste pour l’artiste et le consommateur. Ainsi, 35% du prix de vente correspond au prix des matières premières, 40% à la rémunération des artistes et Couleurs Paris a une commission de 25% sur le prix de vente.





0 commentaire